Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Retour sur les conférences d'oct/nov 2017

Retour sur les conférences de ce début d'année du programme "Parlons Culture"

Lundi 16 octobre 2017 

La France et son imaginaire politique, 6 mois après la Présidentielle de 2017 par Stéphane Rozès

 

Stéphane Rozès, politologue et enseignant à Sciences-Po et HEC est revenu pour nous sur les liens unissant l'imaginaire collectif des français et le monde politique en s'appuyant sur les dernières élections présidentielles et sur sa connaissance des grands acteurs politiques de ces dernières années. 

 

 

 

Mardi 14 novembre 2017

L'Église au défi du transhumanisme par Jean-Guilhem Xerri (avec la paroisse Saint-Saturnin)

 

"Les innovations technologiques investissent notre quotidien, à une vitesse et avec une diffusion inédites. Elles concernent des produits de consommation ou d’équipement, l’alimentation, la médecine, la génétique. Elles sont telles que de plus en plus de chercheurs annoncent non seulement une amélioration des performances de l’humain, mais aussi sa transformation en profondeur – champ du transhumanisme – jusqu’à son dépassement – le posthumanisme.

Sur le plan pratique, les transhumanistes s’appuient sur la convergence de plusieurs technologies appelées les « NBIC » : N pour nanotechnologies, B pour biotechnologies, I pour technologies de l’information, C pour technologies du cerveau. Sur le plan de la pensée, l’Association transhumaniste mondiale a adopté une déclaration en 1999 selon laquelle, notamment, elle prône « le droit moral, pour ceux qui le désirent, de se servir de la technologie pour accroître leurs capacités physiques, mentales ou reproductives et d’être davantage maîtres
de leur propre vie ». Elle ajoute : « Nous souhaitons nous épanouir en transcendant nos limites biologiques actuelles. » La mutation de l’humanité par les technosciences est en cours. Pour qui s’intéresse à l’avenir de l’Homme et pour les chrétiens en particulier, il est impératif de connaître ce que certains technologues et politiques préparent, de comprendre que s’y jouent des enjeux anthropologiques et spirituels."

 

Jeudi 16 novembre 2017 

Gauguin, l'alchimiste par Aurélie Erlich

 

 

Jeudi 16 novembre avait lieu en Salle Chénier une conférence qui proposait un voyage à travers les œuvres et l’univers de Paul Gauguin. Artiste aujourd’hui connu pour ses peintures de scènes tahitiennes, et pourtant sous-estimé à son époque, l’exposition qui se tient actuellement au Musée d’Orsay nous permet de découvrir l’artiste complet, créateur et voyageur qu’il était Des pièces peu connues mais pourtant révélatrices de son style avant-gardiste y sont présentées comme des objets taillés et des sculptures, témoignages de son implication aussi importante dans les arts majeurs comme la peinture que les arts mineurs comme les arts décoratifs.
On voyage entre Paris où il fut l’élève de Pissarro et fréquente les milieux impressionnistes, la Bretagne où il découvrira un havre de paix et d’inspiration après avoir suivi l’enseignement de l’école de Pont-Aven, puis Arles et enfin Tahiti .Cette île a inspiré la majeure partie de son œuvre la plus célèbre. Il exploite son génie artistique en réinventant la mythologie papouasienne, maorie redonnant des mythes à ceux qui les ont perdus. Il mêle imaginaire et spirituel. Il racontera son périple tahitien dans son livre Noa Noa, recueil de textes, aquarelles et dessins où il décrit cette île qui l’a recueilli et le mode de vie de ses habitants.

Au fil de l’exposition on retrouve l’inspiration exotique notamment des techniques japonaises avec l’utilisation de couleurs vives, des formes sans perspective et des cadrages serrés ainsi que la technique du cloisonnisme (aplats de couleurs délimités par un contour sombre).

Gauguin, artiste inclassable rejette les codes classiques et ceux imposés par l’impressionnisme pour donner une nouvelle signification aux couleurs qui s’éloignent de la réalité et en simplifiant les formes. Il inspirera de grands artistes comme Picasso, et le mouvement fauve et nabi.

Il ne vous reste plus qu’à visiter cette magnifique exposition ( jusqu’au 22 janvier à Orsay ) pour découvrir ou même redécouvrir l’œuvre de Gauguin.

Églantine YELLES TES3