Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Hommage aux élèves de Sainte-Marie morts pour la France.


Le 9 novembre dernier, nous avons honoré la mémoire d’anciens enseignants et élèves de Sainte-Marie morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale.

C’est dans le cadre des cérémonies du Centenaire que nous avons rendu hommage à 112 jeunes hommes qui ont fréquenté ce qui s’appelait alors Sainte-Marie de Monceau, établissement parisien, qui sera transféré courant 1967 pour réaliser sa première rentrée scolaire à Antony en 1968.

 

 

 

Ce fut un temps pour se rappeler de ces jeunes qui ont été fauchés par la guerre alors que la vie leur tendait encore les bras. Un temps pour se rappeler qu’ils ne sont pas simplement des noms sur une plaque devant laquelle nous passons chaque jour, la plupart du temps sans même y jeter un regard, sans même avoir jamais lu l’un de ces noms.

Les élèves de Seconde qui suivent cette année l’enseignement d’exploration « Littérature & Société » parcourent les archives afin de redonner un visage à ces élèves disparus, reconstituer leur trajectoire et les ressortir d’un parfait anonymat. Ils ont pu présenter le fruit de certaines de leurs recherches en dressant le portrait de neuf de leurs camarades : Albert et Paul FÉQUANT DE LA TOUCHE, Robert et René GAUTRON, André LEEMANS, Gérard et Fernand PASSY, Soulange RENARD, Victor SORBIER DE POUGNADORESSE.

 

Voici quelques extraits de l’hommage rendu : 

 

Né le 12 mars 1885 à Paris, André LEEMANS est étudiant à sainte Marie au tournant du siècle. Il crée un groupe de lycéens et d’étudiants catholiques appelé la "Réunion d'Eylau", où il traite de sociologie, d'histoire et de ce qu'on appelait auparavant l'instruction publique.

Lauréat du concours général, il est docteur en droit suite à la rédaction d’une thèse sur la responsabilité civile de l'avocat avec un développement sur la liberté d'expression de la défense. Engagé au Palais de justice de Paris, il est réquisitionné peu après pour le front où il est nommé lieutenant du 142ème régiment d'infanterie.


André LEEMANS meurt pour la France le 25 septembre 1915 dans la Marne à Auberive, d'une balle en pleine poitrine. Il est touché quelques minutes seulement après avoir mené une offensive en tête de sa section. Il est décoré chevalier de la légion d'honneur à titre posthume.

 

Gérard PASSY, né le 9 mai 1893 à Etrépagny, en Eure et Loire combat quatre mois : à partir du début de la guerre jusqu’au 28 Septembre 1914, jour où il meurt tragiquement à Courcelles-le-Compte dans le Pas-de-Calais. Il est un brillant élève de Sainte-Marie : il remporte une dizaine de prix lorsqu'il est en classe de 7ème : en calcul, en philosophie ou encore en orthographe.

Fernand PASSY, né le 10 septembre 1894, est aussi scolarisé à Sainte-Marie. Lieutenant de la 3ème Compagnie du 13ème bataillon de chasseurs alpins, il est nommé chevalier de la légion d’honneur le 8 octobre 1918. Il combat vaillamment durant quatre longues années, et meurt tragiquement le 30 mai 1918, à l'hôpital suite à une blessure à la cuisse droite lors d'une bataille à Zuydcoote, à la frontière belge.

 

Victor DE SORBIER DE POUGNADORESSE est un lieutenant du 14ème régiment du dragon, dans la cavalerie. Il nait le 19 mars 1886, à Paris, de Marie RICHARD DE LAPRADE et de Jean DE SORBIER DE POUGNADORESSE.

Il remporte de nombreux prix tout au long de sa scolarité à Sainte-Marie : il obtient notamment sa place sur le tableau d'Honneur lorsqu'il est en 5ème.

Son numéro de matricule de recrutement est le 107.

Victor DE SORBIER DE POUGNADORESSE meurt le 26 août 1914, à Rozelieures, en Meurthe-et-Moselle, tué en réglant le tir de ses pièces en rase campagne, à 600 mètres des Allemands.

Son décès est transcrit dans le 8ème arrondissement de Paris  le 15 décembre 1914.