Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le premier jour... d'un nouveau maître d'internat

Parce que l'internat tient une place essentielle en CPGE avec 119 internes sur 183 élèves, il était important de présenter une personne clef : notre nouveau maître d'internat, Bertrand Kammerer.

Arrivée à Sainte Marie le 22 août en début de matinée, pour prendre mes nouvelles fonctions et préparer la rentrée.

J’arrive avec un petit baluchon pour une semaine que je pressens intense.

Accueil par le Censeur, le Frère Guillaume Gervet : une première réunion / discussion à bâtons rompus donne un premier aperçu très large de l’année à venir… et de tout ce qui devra être prêt d’ici 10 jours.

Remise des clefs : un badge, un passe général,… et une boîte contenant une vingtaine d’autres clefs.

Suivra une visite de l’Institution des plus profonds sous-sols jusqu’aux toits-terrasses : il faut savoir aussi bien où se trouvent les différents sites de l’internat, la chapelle, le self, les salles de cours, le ring, la piscine que la laverie, les différentes armoires électriques, ou le robinet d’arrêt général de l’alimentation en eau…

Présentation à des dizaines de personnes, qui ont à cœur de bien me préparer à mes nouvelles responsabilités et me prodiguent d’heureux conseils. Mais difficile tout de même de retenir d’un seul coup tant de visages et de fonctions – et pourtant, chacune est nécessaire, indispensable, vitale : du ménage à la restauration en passant par les Services généraux, qui ne reçoivent le plus souvent que les nouvelles des dysfonctionnements… Sans oublier cet autre nouveau qu’est le Directeur.

L’objectif commun : offrir aux étudiants un cadre optimal pour la préparation des concours

Retour le soir aux tableaux de bords qui permettent de suivre les dossiers d’inscription : il faut faire le plus rapidement possible la répartition des étudiants par site puis par chambre. L’exercice est d’autant plus délicat que je ne les connais pas.

Mais il se fait tard, et, vers 22h, je reviens à ma chambre.

En ce 22 août au soir, l’internat n’a pas quitté ses habits de chantier : films plastiques sur les sols, échelles, outils, pots de peinture dans les couloirs, fils électriques restant à passer sous gaine…

Nous ferons l’état des lieux six jours plus tard, les éducateurs et moi, dans un internat tout neuf.

Mais en ce 22 août au soir, je suis heureux que la rentrée soit déjà faite… et encore loin !

 

Bertrand Kammerer, maitre d’internat