Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La transmission contre la violence.

Edito de Monsieur Fourmaux-Lainé, directeur coordinateur

Nous avons assisté à l’abominable tuerie de Nice, puis à l’effroyable assassinat du Père Jacques Hamel survenu au cœur de la trêve estivale. Ces atrocités se sont ajoutées à la série d’attentats djihadistes qui, au cours des mois derniers, a frappé de plein fouet notre société. 

Face au risque du terrorisme, nous nous sommes mobilisés en lien avec la mairie d’Antony et la commissaire de Police afin de mettre en œuvre les mesures adaptées pour protéger la communauté éducative. Une vigilance partagée sans psychose, mais qui montre bien que cette rentrée n’est pas une rentrée comme les autres. Pour autant, la réponse opposée à la terreur ne saurait être seulement de l’ordre de la sécurité. En effet, ce qui nourrit les intolérances et les fondamentalismes doit être combattu par un esprit de fraternité, pour accueillir ceux qui sont différents de nous et pour entrer en dialogue avec eux. Mais l'enjeu principal est la réaffirmation de notre identité

Parents et éducateurs, nous sommes responsables de la transmission des valeurs et des repères reçus de nos aînés, et confrontés à la réalité de nos expériences de vie. Nous sommes les passeurs et les médiateurs entre les œuvres que l’humanité nous a léguées et les jeunes que nous accompagnons. Nous pensons que la culture est donc bien le meilleur chemin pour lutter contre la barbarie et servir l’humanité des Hommes. Ce n’est pas une option, ni un vernis, ni un bagage. Et si nous laissons aller cette déculturation progressive du plus grand nombre, eh bien nous alimenterons encore et toujours l’ensauvagement accéléré de notre monde. 

Transmettre, telle est bien notre priorité, telle est notre urgence. Aider les élèves à être fiers d’être ce qu’ils sont par héritage culturel. C’est bien notre mission, parents et école, ensemble, de donner à chaque enfant l’héritage auquel il a droit, celui de la culture et de l’histoire. De l’école doivent sortir des héritiers. Les parents et les enseignants doivent aujourd’hui se retrouver pour partager cette culture dans sa gratuité première, dans son humanité, pour que le monde de demain ne soit pas celui qui se dessine sous nos yeux. Le savoir et la culture ne sont pas des objets qui se conserveraient comme dans un musée. Le savoir et la culture sont des objets vivants qui doivent être transmis sous peine, sinon, de disparaître. 

Soyons donc jour, après jour, ce que nous sommes, le témoignage de ce que nous essayons de vivre et de ce qui nous fait vivre par la qualité des relations engagées, l’autorité exigeante et bienveillante, et la cohésion au sein des équipes éducatives, et avec les parents. 

C’est dans cet état d’esprit que je vous souhaite au nom de la communauté éducative une très belle année 2016 / 2017.

 

Jean-Claude Fourmaux-Lainé, directeur coordinateur