Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le Temps du Carême

Texte de Père Stanislas Maweni

Le Temps de Carême marqué par deux solennités : celle de saint Joseph, le 19 mars, célébrée cette année le lundi 20 mars puisque le 19 mars, jour du Seigneur Ressuscité, tombait un dimanche. Saint Joseph, époux de la Vierge Marie, est le Patron de l'Eglise universelle, patron de la Société de Marie (les Marianistes). Pour ce, dans la tradition marianiste depuis le Bienheureux Guillaume-Joseph Chaminade, le Supérieur Général des Marianistes, dès son élection, prend un deuxième prénom, celui de "Joseph". Il y a aussi la solennité de l'Annonciation du Seigneur qui sera célébrée le samedi 25 mars. La communauté marianiste célébrera cette solennité avec tous ceux qui peuvent aller à la chapelle de la Maison saint Jean à 7 heures. Il s'agit d'une fête commune avec les Eglises orientales célébrée à Rome depuis le VIIe siècle. A chaque solennité, on n’oublie pas Gloria et Credo, même si c'est pendant le Carême.

Le dimanche 19 mars, l'Eglise a célébré le troisième dimanche de Carême, dimanche de la Samaritaine. Tel est l'Evangile proclamé en ce jour. Les trois dimanches qui terminent ce temps sont, dans la tradition de l'Eglise, destinés à la fin du parcours des catéchumènes. Les messes, dites "de scrutin", de ces dimanches les invitent à entendre, dans l'Evangile, la parole qui "scrute" les cœurs et les reins (1 S 18,7). Cette invitation vaut pour toute l'assemblée dominicale qui, elle aussi, se laisse vérifier par la Parole de Dieu et transformer par l'Eucharistie. Trois personnages de l'Evangile de Jean dévoilent les symboles baptismaux : la Samaritaine, le don de l'eau (Jean utilise 7 fois le verbe donner dans cette péricope), l'aveugle-né, le don de la lumière ; et Lazare, le don de la vie. La préface de ce dimanche stipule : "En demandant à la Samaritaine de lui donner à boire, Jésus faisait à cette femme le don de la foi. Il avait un si grand désir d'éveiller la foi de son cœur, qu'il fit naître en elle l'amour même de Dieu". La liturgie de ce dimanche nous conduisait au don de la lumière pour qu'avec l'aveugle-né, nous puissions dire : "Je crois que Tu es Seigneur", la Lumière du monde. La messe du 4e dimanche de Carême est celle de Laetare, on sort de la cécité pour se laisser éclairer par la Véritable Lumière, le Christ. L'ornement liturgique n'est plus violet mais de couleur rose. Avec des catéchumènes, on dit la messe du deuxième scrutin qui va préparer les catéchumènes à avancer dignement vers le troisième qui se fait pendant la messe du 5e dimanche de Carême, dimanche de Lazare, qui se présente comme une préparation à l'inouï de la mort vaincue et de la vie ressuscitée, avant le dimanche des Rameaux.

La Semaine Sainte ponctuée sur la messe chrismale, au cours de laquelle l'évêque, concélébrant, avec son presbyterium, consacre le Saint Chrême (pour les Baptêmes, Confirmations et Ordinations) et bénit les autres huiles (des catéchumènes et des malades) est comme une manifestation de la communion des prêtres avec leur évêque dans l'unique sacerdoce et l'unique ministère du Christ. "Le Triduum pascal de la Passion et de la Résurrection du Seigneur commence avec la messe du Jeudi saint. La veillée pascale constitue son centre et il se termine avec les vêpres de Pâques".

Cette année scolaire, pas de célébrations de la Semaine Sainte et de Triduum pascal à la Chapelle Sainte-Marie. Les Frères de la communauté seront en retraite spirituelle au monastère. Cependant, le dimanche 2 avril et le dimanche de Pâques, 16 avril, à Sainte-Marie, la messe est à 11 heures. Bonne route vers la Résurrection du Seigneur avec la Samaritaine, l'aveugle-né et Lazare, sans oublier la prière, le partage et le jeûne. Vivons pleinement la liturgie de l'Eglise. Même si elle n'est pas le tout de la vie chrétienne, elle en est cependant le cœur, la source et le sommet qui nous permet de nous ajuster à la Parole de Dieu qui dit à chacun de nous : "Tu ne mourras pas". La liturgie soutient avec patience cette promesse et nous donne sa Parole pour y répondre.